15 sept. 2013

Prise de notes et retelling en coaching

Rubrique : posture et outils du coach


Prise de notes et retelling en coaching

Poésie narrative, une adresse à l'Enfant Libre




Lors de l'accompagnement à partir des pratiques narratives d’une personne ou d’un groupe, l’accompagnant (qu’il soit coach ou thérapeute[1]) s’engage fréquemment dans la relation en donnant en retour des traces de ce que la personne, le groupe a dit dans la séance ou dans une séance précédente. Cette pratique nécessite une qualité de prise de note et la capacité à renarrer au client ce qui a été essentiel pour l'accompagnant dans la ou les séances. Ce retelling (une re-narration devrait-on dire, ou une re-racontée, pour suivre François Delivré mais ce mot en français semble bien étrange), est une manière de permettre au client une écoute nouvelle de ses propres mots, de ses propres histoires. Il a un impact puissant sur la personne, puisqu’il l’amène à entendre son histoire, avec ses propres mots, sous une forme d’écho qui va lui permettre de développer son identité préférée.

Plusieurs formes sont possibles : prises de notes classées, « paroles d’acteur », lettres, chansons, poèmes…

La création d’une poésie permet de donner à la personne / au groupe que l’on accompagne une vision différente d’elle-même, d’eux même. Son impact est puissant ; le poème, s’il reprend les mots au plus près de ce qui a été dit, va venir toucher, émouvoir, donner un relief particulier et une valeur spécifique à ce que la personne a dit.

Pourquoi un impact aussi puissant ?


Quelques petites tentatives d’explications. Les thèmes traités par les personnes en séances sont très personnels et en même temps parlent tous d’une voix universelle : souffrance, pertes, deuils, ruptures, incompréhensions, désir de grandir, désirs de se réaliser apparaissent le plus souvent. Entendre son histoire racontée la rend universelle, la replace dans une dimension hors du temps, chacun se rapproche ainsi d’Homère ! Mais entendre son histoire racontée la met également à distance, les paroles prononcées parlent de moi, montrent la réalité de ce que je ressens, au travers du miroir du thérapeute. Les mots m’émeuvent, aussi sûrement que si j’écoutais l’histoire singulière d’une autre personne, provoquant une empathie douce envers soi-même. Les mots arrangés par la poésie constituent une histoire qui va prendre place dans le catalogue des histoires nouvelles sur soi-même.

La relation ainsi créée avec le thérapeute prend un sens particulier, puisqu'il devient le témoin extérieur de ce que le client / patient vit à l'intérieur de lui, la validation des vécus est alors puissante.

Chacun d’entre nous a un rapport singulier avec la poésie, devenir ainsi sujet d’un poème nous ramène à ce que nous nous racontons comme histoire sur la poésie. Pour Marie, une coach proche de la quarantaine, dans son imaginaire, les muses, les inspiratrices des poètes doivent être des personnes douées de qualité extrêmes (elle parle ainsi de Lou Andréa Salomé), le fait qu’une poésie puisse s’adresser à elle, puisse provenir de ses propres mots prononcés dans une séance de travail permet d’accéder à cette grandeur supposée. Marie se sent plus grande et surtout moins seule après avoir lu la poésie inspirée par ses mots.

Pour Serge, le poème participe de la construction d’une identité nouvelle en mettant l’emphase sur les changements qu’il a amorcé, les éléments de son identité. Pour Gaelle, le poème dévoile ses stratégies de croissance, met en valeur et en évidence ce qui fait sa singularité, elle dit : « je me sens plus moi-même, je suis étonné d’avoir dit tout cela », c’est de voir reconnaitre ses propres mots qui la touche le plus.  

Retelling en formation


Dans ce premier texte, il s’agit d’une séance de travail de groupe en formation narrative, sur le thème de nos héros d’enfance. Chacun des membres du groupe a pu ainsi présenter les dessins animés qui l’ont inspiré, parler de ces histoires, faire le lien avec ses histoires de vie, rechercher les clés de son histoire préféré. Il s’est agit pour le témoin, de mettre en commun les mots, de trouver une manière de présenter ces mots et d’en créer une histoire préférée nouvelle et commune. Chacun des membres ayant parlé de la peur, de l’importance des héros de ces dessins animés qui dépassent leurs peurs, c’est le leitmotiv que j’ai choisi pour rythmer le texte. La suite vient de soi, elle résulte des phrases données par les membres du groupe.

Au delà de la peur, des peurs,
De nombreux paysages s'ouvrent,
Des épreuves se déroulent,
Des initiations sont possibles.

Au delà de la peur, des peurs,
Chacun prend ses responsabilités,
Rend hommage à la vie,
A l'amour ou au courage.
Chacun cultive ses résistances,
Cherche son incarnation,
                     son chemin d'homme.

Au delà de la peur, des peurs,
La résistance prend place.
La curiosité pour soi et pour les autres
Conduit à la rencontre.

Au delà de la peur, des peurs,
Chacun peut se révolter,
Lutter contre ses hyènes,
Attaquer les convois royaux,
Résister au serpent,
Faire tousser la baleine,
                     et
Lutter pour la justesse sociale.

Au delà de la peur, des peurs,
Chacun peut voir l'enfant qu'il a été ;
Laisser place à ses émotions,
Trouver le chemin pour être vrai.

Au delà de la peur, des peurs,
Chacun peut honorer ses rêves d'enfant,
Honorer ses ancêtres, sa famille,
Aller jusqu'à l'âge d'homme,
Incarner ses valeurs
                        et
Ouvrir des portes pour la vie, le courage et l'amour.


Un autre poème de groupe est issu d’une autre formation, plusieurs thérapeutes ont fait part de leur difficulté à oser, des petites voix (dans leur versant jugeant, puisqu’il existe aussi des petites voix aidantes et aimantes)

J’ai connu la petite voix
qui chuchote à mon oreille
« Tu n’es pas à la hauteur »
« Regarde comme il est fort »
« Tu ne sauras pas les aider ».

J’ai croisé la petite voix
Qui me dit de me taire,
Qui me fait manquer la relation
Et oublier les belles questions.

J’ai croisé la petite voix et le doute.

Mais j’ai retrouvé le courage et le partage
Qui m’amènent à résister
                        et
Me permettent d’aider les autres.

Ce texte est très court, très instantané, il permet néanmoins de constituer un témoignage de ce beau moment où chacun a pu retrouver le chemin de son histoire préférée.


Un retelling en coaching


Lydie est manager dans une société de consulting, elle veut débuter un coaching, parce qu’elle se sent proche de l’épuisement professionnel, en risque de burn-out. Elle termine un cycle de deux années de travail très intense dans une agence difficile. Le poème est issu de la première séance de coaching / prise de contact.

J’ai tout porté à bout de bras
Accepté les plus lourdes charges
Composé avec les contraintes.

J’ai manqué de protection
et fait bien des erreurs,
J’ai voulu montrer ma puissance
Vaincre mon impuissance,
Je me suis cru Blandine,
Jetée aux lions, achevée par le glaive.

J’ai pris pour un défaut intense
Ma difficulté à regarder le passé,
Mon envie d’avenir, mes désirs.

Je rêve d’une vie plus simple
Où mes désirs me portent.
Je rêve de relations harmonieuses,
D’entraide et de soutien.

Dans ma détermination
Je trouverai mes réponses.

Ce que Lydie a particulièrement apprécié dans ce retelling poétique, c’est qu’il traduisait sa propre capacité à définir ce qu’elle veut vivre désormais.


[1] J’utilise le mot thérapeute, bien que désormais l’exercice de la psychothérapie soit réservée (dans la pratique) aux médecins et psychologues cliniciens. Il faudrait désormais dire « psycho praticien ».

Daniel Chernet
Coach
Facilitateur du travail 
Formateur et Superviseur de coachs
2013





2 commentaires:

jicé viou a dit…

Excellent ! Très intéressant ! Bravo pour cet apport, ce partage de ta pratique. Je vois très bien le processus. Quand dans le métier de comédien, nous exerçons un peu cela, avec d'autres intentions certes, avec le texte des autres... mais parfois, le même effet (le public nous le partage alors parfois). Merci Daniel pour cet apport illustré... qui m'inspire !!! Reprendre les formules/mots/texte du coaché pour les lui retourner de manière plus "esthétique", racontée, comme une histoire, un film, une pièce de théâtre... Aller jusqu'à l'incarner dans le jeu, comme un acteur peut-être ???

daniel chernet a dit…

merci Jicé pour ton commentaire, je pense qu''avec tes talents de clown et de comédien tu pourras partager des mots esthétisés à tes clients, ce qui donnera de la valeur à leurs histoires, à leurs valeurs, à leurs désirs.
Amitiés
daniel